KKL de France

Éducation

Notre mission est d’accompagner les enfants afin qu’ils deviennent des citoyens soucieux de leur environnement, tout en créant un futur plus vert pour Israël.Le KKL est investi dans la transmission de la culture et des valeurs juives et sionistes aux nouvelles générations. Le département pour la Jeunesse et l’Education du KKL de France a pour mission, la promotion des programmes environnementaux et de fournir des activités éco-sionistes auprès des jeunes français. Nous véhiculons les valeurs du KKL grâce à des programmes novateurs d’éducation informelle adaptés à chaque âge : Expositions, activités, visites et conférences autour de l’histoire d’Israël et de son actualité. Les programmes sont adaptés aux écoles, talmud torah, mouvements de jeunesse et centre de vacances.

P2

En 1904, le journal lance un appel pressant aux sionistes de langue française pour qu’ils contribuent plus substantiellement et promet de publier régulièrement la liste des donateurs. Appel repris par une Union des dames sionistes de Paris qui existe déjà le 4 mars 1905, puisqu’elle organise à cette date une réunion au 80 rue de Bondy (l’actuelle rue René-Boulanger). Des listes régulières, il faut bien dire qu’il n’y en eut qu’assez tardivement. Une « commission du Fonds national », animée par J. Roukhomowsky, fonctionne au sein du comité central sioniste de Paris dans les années 1911-1912. Elle indique avoir collecté en 1911 la somme de 2500 francs, en net progrès par rapport aux 800 à 1000 francs collectés annuellement jusque-là. La commission prépare deux conférences avec projections sur « La Palestine et les institutions sionistes » : l’une, en français, à la société Mevasseret Sion, l’autre en yiddish à l’Université populaire juive. C’est en Alsace et en Moselle, rattachées à l’Empire du Kayser avant 1918, que le KKL a connu un développement plus rapide. Une « commission centrale pour l’Est de la France » y est constituée sous la responsabilité d’un leader de grande valeur, Tobie Salomon. Elle publie régulièrement des listes de donateurs dans de petits journaux locaux comme « Le Juif ». A partir du 6 mars 1925, elle diffuse gratuitement et à domicile 16.000 exemplaires d’un bulletin bimensuel intitulé « La Terre promise ». En octobre 1922, les comités de Paris et de Strasbourg ont édité ensemble un almanach de poche illustré pour l’année juive, « intelligemment conçu », selon le journal consistorial L’Univers Israélite qui le brocarde sans méchanceté ; on y trouve des portraits des bienfaiteurs de la Palestine juive Edmond de Rothschild et Charles Netter, et un poème d’André Spire. 

P3

Entre temps, le comité parisien s’est étoffé sous l’impulsion d’Armand Fleischmann. De nombreux promeneurs de la rue des Ecouffes connaissent l’oratoire qui porte le nom de son fils Roger, décédé prématurément- il était le frère ainé du talentueux et regretté auteur de nouvelles Cyrille Fleischmann. Très actif dans les milieux juifs orthodoxes et dans le quartier parisien du Pletzl, Armand Fleischman participe en juillet 1924 à une conférence des commissaires du KKL de France et d’Alsace-Lorraine, qui l’élisent président du KKL de France. C’est donc bien le début d’une structure nationale. L’épanouissement du KKL en France et aussi en Afrique du Nord est lié à I ’arrivée en mission en 1925 d’un émissaire venu de Palestine, Joseph Fisher, qui devint rapidement un des principaux dirigeants du judaïsme français.

Comment le KKL de France est devenu une grande organisation nationale…

Au soir du 13 octobre 1925, Joseph Fisher, émissaire du bureau central de Jérusalem, arrive à Strasbourg où il est accueilli par Tobie Salomon et Sylvain Cahn, les deux responsables de la commission locale du KKL. Les trois hommes reprennent dans un café, la conversation qu’ils ont entamée lors d’une réunion tenue à Vienne. La rencontre se prolonge le lendemain dans le local minuscule de l’association rue de Sébastopol, puis l’émissaire se rend à Paris, où il est accueilli par Armand Fleischman, le président national, dans sa petite boutique de bonneterie de la rue Vieille du Temple qui sert aussi de siège. Joseph Fisher, qui ne parle pas encore le français, réussit en quelques années à doter le KKL de France d’une structure solide et efficace quasiment partout où existent des communautés juives sur le territoire, y compris en Afrique du Nord.

Né à Odessa en 1893, I ‘homme n’a pas perdu son temps jusque-là : président du groupement des étudiants juifs, puis enseignant d’histoire, il a été un des dirigeants du puissant mouvement sioniste russe, plus précisément de sa branche travailliste, aussi bien sous le tsarisme que sous le bolchevisme, en passant par la brève période démocratique de 1917. Ses activités lui valent une arrestation en août 1922 et une condamnation à deux ans d’emprisonnement, suivie d’une relégation en Russie du Nord.

Finalement expulsé d’URSS 24 janvier 1924, il arrive en Palestine en juillet : c’est en tant que « Palestinien » qu’il commence sa mission en France et installe son bureau rue Nouvelle (aujourd’hui rue du Cardinal-Mercier), puis rue Etienne-Marcel prolongée. Cette adresse est aussi celle de « La Terre retrouvée », dont le n° 1 parait le 15 novembre 1928 : ce journal mensuel, puis rapidement bimensuel, s’est imposé comme une des tribunes principales du monde juif francophone.

Quand on parcourt les pages de la « Terre retrouvée », on trouve de longues listes de donateurs répartis par localités, avec le montant de leurs dons et, souvent, leur occasion.

Des rubriques spéciales sont prévues pour I ‘Alsace et la Moselle, pour I ‘Afrique du Nord, pour les inscriptions au Livre d’or et aussi pour les plantations d’arbres, car, ne l’oublions pas, le but principal du KKL est à l’époque I ‘achat de terres. Une multitude de réunions servent à disséminer l’information sur le travail constructif en cours en Palestine, et sur le contexte politique, militaire et diplomatique qui le favorise ou, au contraire, l’entrave. Les orateurs peuvent être des « Palestiniens » de passage, ou des militants du KKL, francophones ou yiddishophones, dont certains se sont rendus sur place et en rendent compte.

Ils peuvent être aussi des non-juifs, car plusieurs personnalités marquantes ont accompagné l’effort sioniste. D’abord, Justin Godart (1871-1956), ministre à trois reprises et député, puis, sénateur du Rhône, plus tard Juste parmi les Nations. Il a été pendant une quarantaine d’années tellement proche de la communauté juive qu’il fut élu président d’une douzaine d’associations juives, aussi bien sociales que politiques. C’est ainsi que Justin Godart fut le président d’honneur du KKL de France et prit de nombreuses fois la parole en son nom, notamment au retour de voyages qu’il fit en Palestine en 1929, 1934 et 1951.

Aimé Pallière (1868- I 949) fut quant à lui un actif vice-président, dans des tournées mémorables, comme au Maroc en 1926. Il ne s’était pas converti au judaïsme, ce qui occasionna des malentendus, mais voulait rapprocher les Juifs du judaïsme.

Joseph Fisher qui eut pour secrétaire Denise Gamzon, épouse du fondateur des Eclaireurs israélites de France, attachait beaucoup d’importance aux jeunes générations. En partie grâce à lui, le KKL de France avait réussi, à la veille de la seconde guerre mondiale, à ancrer dans le cœur des Juifs de France la préoccupation concrète de la « Palestine ».

6149

Happy Customers

560+

Winning Awards

3507

Industries Served

2100

Completed Projects

Talent Can Come From Anywhere

Web design and graphic design is our true area of expertise lorem ipsum dolor sit amet conse ctetur adipicing elit sed do eiusmod tempor
Web Design
80%
Development
60%
Mobile Apps
70%
Marketing
80%
Services and Experience

Why Choose Us

Aliquam sodales justo sit amet urna auctor scelerisquinterdum leo anet tempus enim esent egetis hendrerit vel nibh vitae ornar sem velit aliquam facilisivitae finibus risus feslin is hendrerit vel nibh vitae ornar uspendisse consequat quis sem.

Website Designing

Lorem ipsum dolor sit ame contur adipi cing elit sed do eimod tempor incididunt

Web Development

Lorem ipsum dolor sit ame contur adipi cing elit sed do eimod tempor incididunt

25+ Years Experience

Lorem ipsum dolor sit ame contur ade cing elit sed do eimod mpor
  • Creative development
  • Competitor research
  • World-class web design
  • Optimize operations

Digital Marketing

Lorem ipsum dolor sit ame contur adipi cing elit sed do eimod tempor incididunt

Stock Photography

Lorem ipsum dolor sit ame contur adipi cing elit sed do eimod tempor incididunt
Questions and Answers

General FAQs

Aliquam sodales justo sit amet urna auctor scelerisquinterdum leo anet tempus enim esent egetis hendrerit vel nibh vitae ornar sem velit aliquam facilisivitae finibus risus feslin is hendrerit vel nibh vitae ornar uspendisse consequat quis sem.
Donec pulinar magna id leo pelsque perdied digssim rhoncus ex at uis eumod eros vitae lausce auctor cctetur bulum turpis molestie nam et sapien lacinia varius odio lobortis duras eu egestas magna perdied digssim rhoncus eumod eros.
Donec pulinar magna id leo pelsque perdied digssim rhoncus ex at uis eumod eros vitae lausce auctor cctetur bulum turpis molestie nam et sapien lacinia varius odio lobortis duras eu egestas magna perdied digssim rhoncus eumod eros.
Donec pulinar magna id leo pelsque perdied digssim rhoncus ex at uis eumod eros vitae lausce auctor cctetur bulum turpis molestie nam et sapien lacinia varius odio lobortis duras eu egestas magna perdied digssim rhoncus eumod eros.
Donec pulinar magna id leo pelsque perdied digssim rhoncus ex at uis eumod eros vitae lausce auctor cctetur bulum turpis molestie nam et sapien lacinia varius odio lobortis duras eu egestas magna perdied digssim rhoncus eumod eros.
Our Team Members

Our Creative Team

Aliquam sodales justo sit amet urna auctor scelerisquinterdum leo anet tempus enim esent egetis hendrerit vel nibh vitae ornar sem velit aliquam facilisivitae finibus risus feslin is hendrerit vel nibh vitae ornar uspendisse consequat quis sem.
Andrew Wills
Web Developer
Alisha Smith
Event Organizer
Robert White
Marketing Head
Sarah George
Sales Manager