Projets KKL de France

La forêt des chefs d’Etat-major d’Israël 

Comme tous les projets du KKL de France, ce projet a un sens et est chargé d’émotion comme de fierté. Il véhicule l’épopée d’hommes ayant contribué à l’histoire des 70 ans de la terre d’Israël.

Ces grands hommes, qui ont fait de leur vie un sacrifice en s’engageant pour la défense d’Israël, mission la plus noble qu’il soit, ont assumé la tâche de chefs d’État-major de Tsahal.

Certains sont nés en terre d’Israël, d’autres sont issus de Diaspora d’Irak, de Tchécoslovaquie, d’Iran, de Bulgarie ou d’ailleurs. Tous ont été forgés dans les ateliers de l’héroïsme juif. Leurs armes de guerre restent le courage et la responsabilité. Ils se devaient d’aller de l’avant pour que plus jamais les juifs restent sans défense.

Chacun de ces hommes est venu à son tour, en son temps pour prendre sur ses épaules la défense de l’État d’Israël, depuis le premier chef d’état-major Tzvi Tsour, qui a mis en place une première structure de défense en 1948 alors que l’État d’Israël était en gestation, jusqu’à aujourd’hui où on parle de Gadi Eizenkot comme le plus efficace des chefs d’État-major.

Chacun de ces hommes est reconnu pour avoir mené des opérations spectaculaires alors même que la majorité de leurs actions n’ont pas été révélées au grand public.

La guerre des Six Jours comme les opérations Entebbe, Isotope ou Opéra n’auraient pu se dérouler ainsi sans l’implication du chef d’État-major pour mener ses combattants à la victoire avec la conviction qu’il ne pouvait y avoir d’autre issue.

Aujourd’hui, le KKL de France leur rend hommage !

Quoi de plus naturel que d’associer leurs noms aux allées ombragées des collines de Judée. Ils viendront éveiller la fierté du promeneur entre le pin, le térébinthe, le chêne, l’amandier ou l’olivier. Tous ces arbres font partie intégrante de ces collines. Ces grands hommes seront désormais installés dans ce mausolé de verdure gigantesque, près des bosquets plantés en mémoire de nos chers disparus, des bosquets des martyrs, à côté des parcs et jardins situés entre Adoulam et Roglit, entre les monts de Jérusalem et la vallée d’Ayalon.

Poésie de l’œuvre, offrande du KKL de France à l’État d’Israël pour ses 70 ans, il s’agit d’une contribution de la communauté juive de France : La forêt des chefs d’États-majors. Que cet hymne soit loué !

Sur cette terre fertile, les planteurs savent qu’un jour le livre d’or immortalisera leurs noms : Le livre d’or des racines du sionisme, de l’histoire de notre nation, de cette couleur verte dont le Keren Kayemet LeIsrael a coloré cette terre.

Ephraïm (Fino) Edery, Délégué Général du KKl de France

Fonds de bourses d’études

Hommage à Mireille et Edy Saiovici

Originaire de Roumanie qu’il a quittée dans les années 50, Edy Saiovici arrive tout jeune à Paris où il devient, par le biais de son métier d’expert-comptable, directeur puis propriétaire de 2 grands théâtres parisiens. Il épouse Mireille, avec qui il aura une vie riche, mais aucun enfant ne naîtra de cette union.

À l’aube de ses 70 ans, il décide de prendre des dispositions testamentaires au profit du KKL. En effet, cette institution a bercé sa plus tendre enfance par le biais de « la boîte bleue », toujours présente chez ses parents.

Après son décès, ses biens reviennent bien sûr à sa femme Mireille qui décèdera un an plus tard. Mireille n’était pas d’origine juive mais a respecté la volonté de son défunt mari, en désignant le KKL bénéficiaire notamment de leur assurance-vie. D’un commun accord, leur volonté était que le montant de leur succession soit affecté à la création d’un fonds de bourses.

C’est donc ainsi que « Le fonds Edy et Mireille Saiovici » est créé à Jérusalem par le KKL, à leur mémoire.

Ce fonds est destiné à l’attribution de bourses d’études aux étudiants francophones en difficulté, poursuivant leurs études supérieures en Israël.

Ouverture de la première Maison du KKL à Nazareth Ilit

« Donne à l’enfant de bonnes habitudes dès le début de sa vie même avancé en âge, il ne s’en écartera point »

Proverbes 22 : 6

 

Grâce aux donateurs du KKL de France, la première Maison du KKL ouvrira ses portes en janvier 2018 à Nazareth Ilit. Une subvention de 1,5 million de shekels a été remise par Haïm Cohen, Délégué du KKL de Jérusalem et Ephraïm Edery, délégué général du KKL de France en présence de Daniel Atar, Président du KKL mondial, à Ronen Plot, Maire de Nazareth Ilit en mars dernier, à l’occasion du diner clôturant la 20e marche pour l’eau. Nazareth Ilit, « La Haute Nazareth », est une ville de développement de Galilée, fondée en 1957. Elle compte aujourd’hui 42.000 habitants issus des différentes vagues d’immigration (Maroc, Ethiopie, ex Union soviétique, Argentine, Roumanie…). La population est issue de classes sociales défavorisées et le taux de réussite des élèves au baccalauréat est faible.

Le KKL de France a donc décidé d’accompagner les jeunes de Nazareth Ilit vers une réussite scolaire et de leur fournir tous les outils nécessaires pour s’insérer dans la société israélienne.

La Maison du KKL de Nazareth Ilit a été pensée comme un lieu de vie où se retrouveront les lycéens après les cours. Les travaux de rénovation d’un ancien complexe scolaire ont été entrepris en mai 2017.

L’objectif premier est d’offrir un soutien scolaire de qualité assuré par des enseignants diplômés. Ils veilleront à la bonne acquisition des connaissances dans les disciplines étudiées au lycée. Un suivi personnalisé est prévu afin d’accompagner au mieux chaque jeune dans son apprentissage et qu’il reprenne confiance en lui. Les adolescents pourront en toute autonomie accéder à des ressources pédagogiques modernes, s’initier aux nouvelles technologies et au multimédia grâce à des espaces dédiés. Ainsi l’accent sera mis sur le ludo-éducatif pour capter l’attention des jeunes.

L’éducation informelle aura également toute sa place pour encourager la créativité de chaque jeune. Des éducateurs seront à l’écoute des jeunes afin de les guider dans leur épanouissent personnel. Ils disposeront d’espaces de détente pour se retrouver et échanger dans un environnement sécurisant : cafétéria, salle de jeux, salle d’informatique. Un complexe sportif avec terrain de basket sera accessible et des activités culturelles seront organisées et encadrées par des animateurs qualifiés.

Les objectifs de cette maison sont pluriels : Aider les jeunes dans leur scolarité afin qu’ils accèdent à un cursus universitaire, leur redonner confiance en eux et leur assurer un avenir pérenne.

Les prochaines villes qui doivent accueillir des Maisons du KKL sont Bet She’an dans le nord et Kiryat Malakhi et Ofakim dans le sud du pays.

 

 

Daniel Atar, Président du KKL Mondial

« Je remercie le KKL de France pour le travail accompli qui témoigne de l’amour que portent nos amis français à Israël »

Visite du Maire de la ville, Ronen Plot (à droite) pendant les travaux de rénovation Ronen Plot

« La Maison du KKL sera un lieu attrayant où les jeunes de la ville pourront se retrouver chaque après-midi »

 

Le complexe qui accueillera la future maison du KKL

Travaux de rénovation

Scroll Up