Un écrin de verdure au coeur de l'Etat d'Israël soutenu par le KKL de France


Projet phare du KKL initié à l’occasion du 60eanniversaire de l’État d’Israël, le parc de France-Adoulam, situé au pied des collines de Judée, résume à lui seul les préoccupations fondamentales de l’institution sioniste : l’attachement à la terre, le développement durable, mais aussi la connaissance de l’histoire juive et la transmission de la culture nationale. Ce somptueux écrin de verdure, où fleurissent les découvertes archéologiques, est appelé à devenir le nouveau parc de France en Terre promise.

Cinq mille hectares où se mêlent passé et présent, épopée juive antique et stratégie israélienne actuelle, espaces naturels préservés et activité humaine, ainsi pourrait-on qualifier le parc de France-Adoulam, l’un des tout derniers retranchements de la nature à l’état brut sur cette terre tant convoitée.

Présentation vidéo du Parc France-Adoulam




LE PARI « BIOSPHÉRIQUE »

Menacé par le développement urbain, les promoteurs immobiliers et autoroutiers, ce site forestier exceptionnel a été littéralement sauvé par le KKL, irréductible défenseur de l’environnement depuis 1901. Les essences indigènes (térébinthes, caroubiers, oliviers, aubépines) cohabitent harmonieusement avec les cultures des villages des alentours. La dimension « biosphérique » du projet rend compte, quant à elle, du juste équilibre écologique recherché entre les besoins de chacun de ses résidents, qu’il appartienne au monde animal, au domaine végétal ou à la société humaine.

Ainsi, le KKL s’est-il engagé à mettre son expertise centenaire au service du bien-être et de la prospérité de tous, en dépit des contraintes imposées par l’exiguïté d’un pays en constante croissance démographique. À ce titre, le KKL ne manque jamais d’associer les populations locales à ses projets, afin de mieux prendre en considération leurs attentes. 

De nombreux aménagements sont prévus en faveur des visiteurs, dont vingt-cinq kilomètres de pistes cyclables à travers les sites les plus remarquables de ce parc aux mille attraits.

UN PARADIS ARCHÉOLOGIQUE

Évoqué dans la Bible en tant que lieu de refuge de David fuyant l’ire mortifère de Saül, Adoulam doit son nom à l’un des trente et un rois cananéens antérieurement vaincus par Josué. Le site fut également un haut lieu de l’histoire juive à l’époque du Second Temple. Densément peuplé, il abritait des villages nés au retour de l’exil de Babylone et habités jusqu’à l’extinction de la révolte de Bar Kokhba (132-135 de l’ère commune). Parmi ceux-ci, citons Kfar Etri, mentionné par Flavius Josèphe. Ses vestiges illustrent la vie quotidienne des Juifs d’alors : maisons, bâtiments publics,mikvaot (bains rituels), pressoirs...

Plus de cinq cents pièces de monnaie hasmonéennes y ont été retrouvées, de même que des traces de la résistance à l’occupant romain (dont un impressionnant réseau de tunnels) et de son impitoyable répression. La localité byzantine de Burgin, sise à l’emplacement de l’ancien village juif de Kfar Bish, suscite de même un vif intérêt parmi les archéologues, même si une excavation de vaste ampleur ne peut être financièrement envisagée dans l’immédiat. Les premières fouilles ont d’ores et déjà révélé des mosaïques, un mikve, des citernes d’eau, des grottes funéraires et des « tunnels-refuges ». Les visiteurs du XXIe siècle sont invités à explorer par eux-mêmes cet étonnant réseau de passages souterrains antiques.

UNE VOCATION ÉDUCATIVE

En coopération avec l’Autorité des antiquités, chargée de la mise en valeur de ces richesses archéologiques, le KKL convie ainsi tout un chacun à (re)découvrir in situ l’histoire du peuple juif avant l’exil et à prendre conscience de son immémorial enracinement en Terre sainte. Une transmission culturelle qui s’avère, aux yeux d’Efi Stenzler, président mondial de l’institution sioniste, « tout aussi essentielle à notre survie que la sécurité nationale ». Outre les visites libres et guidées, ouvertes à tous les publics, des fouilles archéologiques réunissent des étudiants juifs du monde entier qui explorent, souvent avec succès, citernes, tunnels, ruines de synagogues et de demeures antiques. Une expérience sans équivalent sur les traces de nos ancêtres.

Grâce à vos dons, ce projet d'envergure du KKL de France honorera bientôt le nom de notre communauté, la plus nombreuse et l'une des plus sionistes d'Europe. Preuve vivante et incontestable de l'ancienneté de la présence juive en terre d'Israël, le parc de france-Adoulam a également vocation à devenir un paradis de biodiversité où chacun prendra plaisir à se ressourcer. Ne manquez pas ce rendez-vous avec l'histoire et l'avenir d'Israël !

 

Le Projet en bref

Nom : parc de France-Adoulam (ou parc des grottes d’Adoulam)
Localisation : au sud de Beth Shemesh
Etendue: 5000 hectares (50000 dounams)
Fonctions : 

  • Aménagement et préservation d’un espace naturel
  • Mise en valeur de sites archéologiques
  • Diffusion de la connaissance de l’histoire juive et éducation au respect de la nature
Dossier de présentation du parc: Télécharger le fichier