LE KKL, l’alliance entre le peuple juif et sa terre

Fondé par Théodore Herzl en 1901, lors du Ve Congrès sioniste de Bâle à l’instigation de Zvi Hermann Shapira, le KKL (Keren Kayemet LeIsraël ou Fonds national juif) a été à l’origine de la création de l’Etat d’Israël.

Sa vocation initiale consistait à racheter, défricher et mettre en valeur des terres en faveur du retour du peuple juif au pays de ses ancêtres après deux millénaires d’exil.

 

 

 

Depuis ses missions se sont diversifiées afin de répondre aux besoins et aux attentes d’une nation en forte croissance démographique.
Le KKL a planté plus de 245 millions d’arbres , bâti 243 réservoirs de collecte des eaux de ruissellement et de recyclage des effluents, aménagé des centaines de parcs et forets, construit des milliers de kilomètres de routes, de sentiers pédestres et de pistes cyclables, réhabilité rivières et espaces naturels, restauré des sites historiques et patrimoniaux de tous les citoyens israéliens, sans distinction d’origine ou de confession, et œuvre à des campagnes d’urgence en direction de populations en détresse face aux incendies.

Expert mondialement réputé en matière de lutte contre la désertification et de la protection de l’environnement, fer de lance du développement durable, le KKL s’investit par ailleurs dans la Recherche et le Développement en agronomie, et participe à de nombreux projets de coopération internationale sur tous les continents.

Reconnu en 2004 par l’ONU comme ONG environnementale, le KKL est la plus ancienne organisation « verte » au monde.
Le KKL-JNF est le premier organisme de collecte pour Israël depuis le Ve congrès sioniste de Bâle en 1901.

Tout commence ici !

Lors du premier congrès sioniste, le mathématicien russe, Zvi Hermann Schapira émet l’idée de créer un fonds destiné au rachat de terres en Eretz Israël au profit du peuple juif. Différé d’année en année malgré un accueil enthousiaste, ce projet, alors porté par Yona Kremenetzky, est enfin adopté lors du 5ème congrès, en 1901, grâce à l’intervention d’Herzl :

« Voici déjà la cinquième fois que je propose au Congrès la création d’un fonds national qui sera chargé de l’acquisition des terres d’Eretz Israël ! A chaque fois vous repoussez toute décision à ce sujet. Jusqu’à quand faudra-t-il encore attendre ? Comment allons-nous racheter la terre de nos ancêtres ? Quand les juifs pourront-ils enfin vivre sur une terre qui leur appartienne, chacun à l’ombre de sa vigne et de son figuier ? Aurions-nous renoncé au rêve sioniste ? …»

 

Suite à cette déclaration, les congressistes, votent la création du Keren Kayemet LeIsraël ou Fonds National Juif dont Kremenetzky devient le premier Président. Haïm Kleinman, employé de banque de Galicie, propose qu’une boîte bleue soit placée dans chaque foyer juif afin d’associer le peuple juif à la renaissance d’Eretz Israël. Kremenetzky accueille favorablement cette proposition, ne se sépare plus de sa boîte bleue et y verse un premier don de 10 livres à la mémoire de Zvi Hermann Schapira à la mémoire de Zvi Hermann Schapira. Suivra la première contribution d’Herzl puis de tous les membres du Congrès, l’objectif étant de collecter 200 000 livres.

Des émissaires d’Eretz Israël viennent régulièrement recueillir le fruit de la collecte et apporter des nouvelles fraîches aux Juifs de la diaspora. En un an, la boîte bleue est distribuée à un million de familles. Une tradition historique et symbolique qui perdure aujourd’hui encore aux quatre coins du monde.

« La pièce de monnaie que l’enfant recueille pour la rédemption de la terre n’est pas importante en soi… mais cette contribution se révèle être un élément éducatif solide : Ce n’est pas l’enfant qui donne au Keren Kayemeth, bien au contraire, c’est le KKL qui donne à l’enfant… une empreinte et un idéal noble pour le reste de sa vie. » Menahem Ussishkin, Président du KKL de 1923 à 1941.

 

 

 

Scroll Up