Combattre le handicap: un projet phare du KKL de France

 
 

Des activités de plein air pour le village Aleh Negev-Nahalat Eran Un pas de plus vers l'autonomie


Engagé dans le développement des régions dites « périphériques», le KKL déploie actuellement de considérables efforts de mise en valeur du Grand Sud israélien, destinés à améliorer la qualité de vie de ses habitants. Dans ce contexte, le KKL de France vous propose aujourd'hui de prendre part à la création de centres d'activités en faveur des jeunes handicapés du village Aleh Negev-Nahalat Eran.


À la pointe du progrès en matière de prise en charge des personnes en situation de handicap, Aleh gère un réseau de quatre établissements spécialisés en Israël, qui accueillent plus de 650 enfants, adolescents et jeunes adultes souffrant de déficiences physiques ou cognitives sévères.


Un Fleuron Médico-Educatif

Sis à proximité d'Ofakim, le village Aleh Negev-Nahalat Eran, animé par une équipe de 150 salariés soutenus par 170 volontaires, compte près de 150 résidents, essentiellement de jeunes adultes. Il reçoit également des patients en consultation externe (jusqu'à 12 000 traitements par an). Il dispose d'un centre hospitalier dédié à la grande dépendance, d'une clinique dentaire, d'appartements adaptés, d'une école et d'ateliers d'éveil, d'une piscine d'hydrothérapie, d'un zoo thérapeutique et, prochainement, d'une piste de promenade à cheval. Soucieux de répondre aux besoins particuliers de ses pensionnaires, il leur offre l'opportunité de construire une vie heureuse et productive dans un environnement sécurisant et chaleureux, favorisant ainsi leur insertion au sein de la société. Unique en son genre, cette institution d'excellence, qui suscite l'intérêt d'experts du monde entier, a été déclarée « projet national » par l'État d'Israël en 2003.

Des activités stimulantes

Au service de tous les citoyens israéliens, handicapés comme valides, le KKL a décidé de créer des centres d'activités sur l'ensemble du site, à destination des jeunes résidents, de leurs encadrants et de leur entourage. L'institution sioniste a notamment programmé l'aménagement de deux jardins d'épices thérapeutiques, de cours thérapeutiques entre les bâtiments résidentiels et les ateliers, de jardins autour des lieux d'habitation, d'un jardin « jet d'eau », d'une aire de jeux attenante à l'école, d'allées et de zones ombragées. Autant d'options récréatives et thérapeutiques à explorer !